Actualités

Lettre ouverte à Jean CHAZAL

21 juin 2020
Partager

Il y a quelques jours, vous avez fait paraître une tribune dans laquelle vous vous rangez derrière la candidature de Jean-Pierre Brenas et d’Eric Faidy pour le 2ème tour des élections municipales.

Vous soutenez, dites-vous, l’alternance politique pour Clermont-Ferrand en évoquant l’essence même de la vie. Avant d’être une question essentielle en soi, l’alternance est d’abord un projet concret pour l’avenir des Clermontoises et des Clermontois. Alors même que ceux que vous soutenez terminent cette campagne par de plus en plus d’attaques personnelles et de polémiques, je cherche encore, et avec moi les Clermontoises et les Clermontois, le projet commun de cette alliance très circonstancielle à une semaine du second tour.

Cependant, je respecte trop l’engagement politique et civique, votre engagement professionnel aussi durant toute votre carrière, pour critiquer votre choix d’aujourd’hui. Il vous appartient et l’engagement, quel qu’il soit, est toujours un acte positif qui mérite qu’on le salue.

Je me désole simplement de voir à quel point vous sentez nécessaire d’y adjoindre, comme la marque de fabrique de la campagne politique de mes concurrents, des propos désobligeants à mon égard. S’agirait-il seulement de moi que cela ne serait d’ailleurs pas si grave, je connais les vicissitudes de la vie politique et j’y suis préparé.

 

Mais vous illustrez votre tribune d’allégations pour le moins surprenantes, venant de vous, qui mettent en cause à travers moi les équipes qui m’accompagnent. C’est cela qui me pousse à vous faire cette réponse publique au moins sur quelques points, notamment ceux concernant le domaine de la santé.

Même si aujourd’hui, vous n’êtes plus engagé dans le projet de prévention que vous évoquez, vous ne pouvez ignorer qu’au contraire de vos déclarations, Clermont Auvergne Métropole est l’un des principaux soutiens financiers, dans la durée, du CEPPPIA et dans un domaine qui ne relève pourtant pas de nos compétences obligatoires – peut être est-ce cela que vous appelez ma désinvolture. Nous le soutenons néanmoins très fortement depuis maintenant trois ans en raison de son caractère d’intérêt général. Ni moi ni la métropole ne pouvons aujourd’hui être tenus responsables de l’absence d’autres partenariats qui mettent le projet en péril, venant notamment de l’État ou de la Région dont ceux que vous soutenez sont pourtant bien plus proches que moi.

 

Je suis très surpris aussi, pour le moins, de vous voir reprendre à si bon compte les arguments plus que rebattus par l’opposition municipale sur le rachat de l’Hôtel-Dieu par la Ville de Clermont-Ferrand. Je ne vous ferai pas l’injure de vous rappeler que cette vente a permis au CHU d’encaisser 25 millions d’euros, bien utiles pour les investissements dans la nouvelle tranche à venir de l’hôpital Gabriel Montpied. Je ne me souviens pas, alors que vous siégiez en tant que Doyen de la Faculté de médecine au Conseil de surveillance du CHU, vous avoir jamais entendu émettre la moindre objection contre cette opération entre 2014 et 2016, dates de mon élection et de l’issue positive d’un dossier qui pesait sur les finances de l’hôpital public depuis trop longtemps.

S’agissant des opérations d’urbanisme dont vous reprenez aussi les critiques tout aussi polémiques des têtes de liste concurrents, j’attends toujours les contre-propositions (responsables et opérationnelles) au projet maintenant décidé et lancé par la Ville en coopération avec les Bâtiments de France pour la valorisation de Notre Dame du Port. Il en va de même, pour les critiques toujours faciles s’agissant d’opérations étalées dans le temps, sur l’avenir du secteur de la gare qui ne peuvent s’entendre que comme projet d’aménagement d’ensemble incluant le projet de nouvelles lignes de bus et de la nouvelle gare routière ainsi que du futur quartier Saint-Jean.

 

Monsieur le professeur Chazal, au nom de la valeur indiscutée de l’expérience que vous apportez à un territoire que nous aimons autant l’un que l’autre, j’espère, si je suis élu pour un nouveau mandat à l’Hôtel de Ville, que nous saurons œuvrer collectivement au-delà de nos engagements politiques respectifs à l’intérêt commun de nos concitoyens. Croyez bien que cette gouvernance territoriale collective, dès lors que l’essentiel est en jeu, a toujours été ma ligne de conduite en responsabilité à la Ville comme à la Métropole pendant ces six dernières années.

Veuillez remplir tous les champs obligatoires.
L'email est invalide.